analyse sur les taux d’épargne, crédits et consommation américaine

analyse sur les taux d’épargne, crédits et consommation américaine

Le taux d’épargne américain est passé de 8 % à moins de 2% entre 1992 et 2002, contre 14% à 6% pour le Japon. Il avoisinait les 10% en Europe. (source : OCDE)
En 2007 le taux d’épargne des ménages américains était inférieur à 1% !
La sur-consommation américaine a tiré la production mondiale entre 1998 et 2008. Avec les défaillances en cascade des entreprises américaines, les salariés deviennent plus raisonnables et abandonnent progressivement le superflu. A chaque crise, les ménages se font plus prudents et épargnent pour pallier une éventuelle perte d’emploi.

Le taux d’épargne américain peut-il revenir à 8% ? Difficilement. Ce taux était déjà atteint en 1992 et en 1980, lorsque les Etats Unis subissaient alors une crise économique. Mais ce sera autant d’argent en moins pour la consommation et donc l’écoulement de la production.
1% d’épargne aux Etats Unis correspondant à 1 000 milliards de $, les entreprises verront leur carnet de commande baisser d’autant. Conséquence pour l’Europe : un recul des exportations.
Là où certains analystes estimaient en 2008, un retour à 8% pour 2013, il n’est que de 5.7% en août 2016.
Ce frein est culturel : consommer plus, au-delà de ses moyens. 44 % des personnes gagnant plus de 100 000 $ déclarent avoir moins de 1.000 dollars de côté. Ils sont même encore 29% chez les Américains aux revenus dépassant 150.000 dollars par an (source : GoBankingRates).

Une trop rapide accélération de l’épargne serait un choc brutal pour le commerce mondial (La FED l’a bien compris en baissant son taux directeur pour soutenir la consommation).
Paradoxalement, les entreprises pourront bénéficier de crédits pour leur investissement puisque l’épargne des uns permet l’emprunt des autres.
Mais pour investir, faut-il encore avoir des perspectives de croissance !